LA YOGATHERAPIE POUR L’HYPERTENSION

L’hypertension artérielle (HTA) arrive lorsque le coeur pompe davantage le sang pour irriguer au mieux le corps. Il n’y a pas vraiment de symptômes à part des maux de tête et des vertiges dans certains cas. On parle de maladie silencieuse car certaines personnes ne savent même pas qu’elles font de l’hypertension.

Plus que la maladie elle-même, ce sont les complications qui sont graves. S’il y a un côté héréditaire, il faut faire attention aux facteurs aggravants, voici la liste des facteurs aggravants qui vont amener des complications de l’HTA :

  • Le surpoids, le stress, le diabète, la cigarette, l’alcool, la vie sédentaire, le cholestérol

Les conséquences de l’hypertension :

L’hypertension peut provoquer la formation d’athérome ( Un athérome est un dépôt par accumulation de différents éléments – graisse, sang, tissu fibreux, dépôt calcaire – sur une partie de la paroi interne d’une artère). Ces athéromes se forment plutôt dans les artères de taille moyenne, pas les grosses. L’athérome se forme souvent dans les artères des organes cibles (cerveau, les yeux, le coeur et les reins). Il y a alors un ralenti de la circulation du sang qui passe moins bien dans les artères, le coeur doit alors pomper davantage, ce qui crée un cercle vicieux (l’hypertension peux provoquer les athéromes et les athéromes peuvent aussi provoquer l’hypertension). Mais on peut très bien avoir un athérome même si on ne fait pas d’hypertension artérielle (hérédité, diabète et tous les facteurs aggravants cités ci-dessus).

Les complications : lorsqu’une partie de l’athérome se détache du vaisseau sanguin, il flotte et vient boucher un autre vaisseau plus petit qui nourrissait une partie de l’organe, d’où par exemple : l’infarctus, la crise cardiaque, l’angine de poitrine, l’AVC avec paralysie, l’AIT, la perte de vue, sang dans les reins…

Comment éviter la formation d’athérome? Une alimentaire équilibrée, un bon style de vie avec de l’exercice physique régulier adaptée à la personne (yoga, marche, natation etc). Le stress provoque des spams dans les vaisseaux sanguins et cela obstrue les vaisseaux. Lorsqu’une personne a un ventre trop gros, il est plus difficile de faire la bonne respiration ventrale, le diaphragme ne peut pas bouger correctement donc une moins bonne oxygénation des poumons et le coeur doit donc pomper davantage pour avoir le sang oxygéné.

Les capacités de réserve du corps humain : Même si une artère est bouchée, il existe d’autres passages qui vont s’ouvrir que l’on pourrait appeler des ponts naturels :

Ainsi, certaines personnes vivent une vie presque normale grâce à ces passages qui étaient déjà là mais qui n’étaient pas utilisés avant. En chirurgie, on va greffer d’autres veines (pontage chirurgical), on pose aussi des stents pour dissoudre l’athérome :

Quelle Yogathérapie pour l’hypertension artérielle?

En Yogathérapie, nous ne remplaçons pas le médecin donc c’est avec lui qu’il faut gérer la prise des médicaments. Nous aidons le patient en parallèle, et si le médecin voit les résultats s’améliorer alors il décidera s’il peut ou non diminuer ou stopper un traitement.

1) Réduire les facteurs aggravants :

Vihara (style de vie) : Faire de l’exercice tous les jours (marcher, nager, yoga …) et limiter le stress.

Ahara : la nourriture. Se nourrir d’une alimentation appropriée et en modération. On devrait ne manger que lorsque l’on a faim. Augmenter la qualité de la nourriture : diminuer le sel, l’huile frit, les mauvais gras tels que le beurre et le fromage, modérer les féculents.

Faire de temps en temps un jeûne pour détoxifier le corps (sauf femmes enceintes)

Réduire les facteurs aggravants cités auparavant

2) protéger les organes cibles :

Si la qualité des vaisseaux n’est pas bonne (surtout au niveau du cerveau et des yeux), il faut éviter toutes les postures d’inversion et les flexions avant qui pressent et sollicitent davantage les organes. Il faut des postures où le diaphragme n’est pas compressé et peut bouger naturellement.

Postures à éviter (exemples de postures d’inversion) :

SARVANGASANA : la chandelle

ADHO MUKHA SVANASANA : chien tête en bas

VIPARITA KARANI : la demi-chandelle

Postures conseillées :

UTTANASANA adapté (debout les mains aux pieds) : pour ne pas compresser le coeur, on ne fera pas la posture classique c’est à dire que l’on ne descendra les mains que vers les genoux et pas vers les pieds. la fonction de la posture est toujours là, on ne se préoccupe pas de la forme exacte de la posture :

URDHVA PRASARITA PADASANA : posture à faire avec des mouvements de chevilles pour stimuler la circulation sanguine dans les jambes.

3. Rétentions poumons pleins et bras ouverts :

C’est très bon pour le coeur. Les longues inspires, les rétentions poumons pleins et l’ouverture des bras vont libérer le coeur et favoriser l’ouverture ce cette zone qui très souvent est pressée et fermée. Pendant AK (Antar Kumbhaka, rétention poumons pleins), il ne faut pas forcer et trop contracter, cela doit se faire en douceur et être juste pour votre système respiratoire. On pratiquera avec des mouvements d’ouverture des bras sans forcer. Le principe est le suivant : j’inspire, j’ouvre les bras puis un petit temps de rétention poumons pleins sans bouger, puis expire et je rabaisse les bras.

4. Maintenir et diminuer la pression cardiaque

Savasana est la meilleure posture. Il ne faut aucune pression sur le coeur donc on évite aussi toutes les postures sur le ventre tels que shalabasana (la sauterelle) et bujanghasana (le cobra)

Pour le pranayama, on privilégiera une longue expiration aussi (recaka), me consulter pour avoir la pratique détaillée.

Pour le pranayama, dans tous les cas il faut rester dans le confort, pas de compétition avec soi-même, ne pas aller au delà du niveau confortable : ahimsa (la non violence avec soi-même et son corps).

La pratique du soir est très importante pour destresser le corps physique, physiologique et psychologique. On priviligiera la diminution des tensions dans la nuque et le haut des épaules, l’ouverture d’anahata (chakra du coeur) pour diminuer le stress physiologique. Longues inspir + chants et bhavana.

5. Comment travailler sur la pathologie de la formation de l’athérome?

Selon l’ayurveda (médecine indienne), l’athérome est dû à un problème d’ama (accumulation de toxines dans le corps). Ama s’accumule dans apana car samana ne fonctionne pas normalement, il faut développer agni (le feu digestif) et donc stimuler apana et samana vayu.

Conclusion : la yogathérapie combinera ces 5 points dans la pratique proposée selon la personne et ses éventuelles autres pathologies.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *