L’HYPOTHYROÏDIE ET L’HYPERTHYROÏDIE

Avant de parler de la glande thyroïde, il est intéressant de comprendre comment fonctionne notre système hormonal. Ce dernier est le système de contrôle de notre corps mais en mode « lent » contrairement au système nerveux qui lui est lui en mode « rapide ». 

Notre corps est constitué d’une chaine de glandes hormonales : les glandes endocriniennes. C’est la glande pituitaire hypophyse (située au centre de notre cerveau) qui commande tout notre système hormonal, c’est le chef d’orchestre : elle va venir stimuler toutes les autres glandes (voir schéma en dessous des différentes glandes hormonales). La glande pituitaire est influencée par les autres hormones également, c’est le mécanisme de retour/de renvoi. Toutes les glandes sont interreliées dans ce mécanisme. Et c’est notre mental et nos émotions qui vont influencer notre système hormonal ! Pourquoi la glande pituitaire est la principale qui commande les autres hormones ? Parce qu’elle sécrète les hormones de stimulations suivantes :

  • La GH, hormone de croissance qui stimule les tissus, le métabolisme énergétique et assure une croissance harmonieuse.
  • L’ACTH, hormone qui agit sur les glandes surrénales en stimulant leur production de corticostéroïdes, lesquels agissent sur le métabolisme.
  • La TSH, hormone qui agit sur la glande thyroïde qui règle l’activité métabolique.
  • La prolactine agit sur les glandes mammaires en stimulant leur production de lait.
  • La FSH et la LH qui agissent sur les organes reproducteurs. Elles stimulent la reproduction et la sécrétion des hormones sexuelles.
  • La MSH, mélanine qui contrôle la pigmentation de la peau.
  • L’ADH,  hormone antidiurétique, appelée vasopressine, qui contrôle le volume d’urine sécrétée.
  • L’ocytocine qui stimule les contractions de l’utérus et la sécrétion de lait des glandes mammaires.

La glande thyroïde sécrète la thyroxine sous formes de T3 et T4. La glande pituitaire reçoit des informations par le sang et elle sait s’il y a assez de T3 ou de T4 dans le corps. Le fonctionnement de la glande pituitaire est influencé selon le niveau de circulation d’hormones dans le corps. Dans le cas de la thyroïde, elle sécrètera plus ou moins de TSH selon le niveau de T3 et T4. Si le niveau est bas, alors elle en sécrètera davantage et si le niveau est bon elle n’enverra pas d’hormones de stimulation. 

I/ L’HYPOTHYROÏDIE

Elle est plus commune chez les femmes, c’est aussi héréditaire. Elle se déclenche parfois tôt, vers 18 ans. Les symptômes sont les suivants :

Diminution du métabolisme avec : 

  • Diminution des pulsations cardiaques
  • Respiration plus faible
  • Digestion ralentie
  • Elimination ralentie et constipation
  • Cycle menstruel plus long
  • Baisse d’énergie avec une certaine léthargie
  • Voix rauque

Ainsi, les toxines s’accumulent davantage dans toutes les parties du corps et l’on retrouve du surpoids et même des oedèmes sans godets. La voix peut devenir rauque, la température de la peau est froide. Souvent les personnes atteintes d’hypothyroïdie n’aiment pas l’hiver. La fertilité peut être fragilisée. Un des signes avant-coureur est la perte de cheveux chez certaines personnes.

La thyroxine prescrite par le médecin est prise à jeun le matin dès le lever. La yogathérapie va aider à diminuer le traitement. Mais je rappelle qu’avant tout c’est le médecin qui décide du traitement ou pas et s’il faut l’augmenter ou le diminuer, la yogathérapie est un support pour accompagner la médecine traditionnelle.

Dans l’idéal, les personnes souffrant d’hypothyroïdie ou d’hyperthyroïdie, devraient faire ces 3 tests sur un temps d’un mois minimum : 

  1. Prise de poul et fréquence cardiaque au lever
  2. Noter régulièrement le poids pour essayer de le maintenir
  3. Noter les dates des menstruations

Montrer les résultats de ces 3 tests au médecin qui décidera du traitement et du dosage.

Quelle Yogathérapie pour l’hypothyroïdie ?

Comme les personnes accumulent plus facilement les toxines, on agira d’abord sur la zone d’élimination (apana vayu, zone du bas du ventre). Leur énergie est assez basse donc on améliorera aussi prana vayu (zone de la poitrine). Ensuite on pourra stimuler samana vayu (zone milieu du ventre).

Quelques conseils : Ne pas donner au début trop de postures allongées si léthargie ++. Plutôt que de faire de longues expirations, on privilégiera le chant de sons sur l’expire comme :

Ram Ram Ram

Hram Hram Hram

Hrim Hrim Hrim

La pratique n’est pas trop longue comme le métabolisme est bas, mais on propose plutôt 1 pratique 2 fois par jour (15-20 min chaque pratique, 2 fois/jr). Voici un exemple de pratique :

La posture de sarvangasana : elle permet d’activer l’élimination, mais tout le monde ne peut pas la faire donc à voir au cas par cas.

Tous les problèmes hormonaux sont liés à une instabilité émotionnelle et psychologique (choc, gros stress, mauvaise gestion du mental et des émotions ….). Une relaxation le soir est donc très importante pour évacuer les tensions accumulées dans la journée car bien souvent le sommeil n’est pas suffisant pour évacuer. On proposera une relaxation du soir plutôt active comme celle-ci par exemple :

II/ L’HYPERTHYROÏDIE

C’est l’opposé de l’hypothyroïdie avec augmentation du métabolisme :

  • Augmentation de la fréquence cardiaque, le poul est en général entre 120 et 130
  • La respiration est rapide
  • Digestion rapide, ils peuvent beaucoup manger mais ne grossissent pas et ont même tendance à perdre du poids
  • Souvent en diarrhée
  • Règles plus fréquentes (tous les 20 jours)
  • La température du corps est plus chaude que la normale
  • Ils ont tendance à préférer les climats froids et quand il fait très chaud ils ne supportent pas bien la chaleur

Quelle Yogathérapie pour l’hyperthyroïdie ?

Toutes les fonctions du métabolisme sont au maximum donc aller dans le sens inverse pour la pratique de yoga. But de la pratique : détendre tous les vayus.

Dans d’idéal, on s’allonge sur le dos avec un bandeau sur les yeux et un coussin sous les genoux pour bien déposer le bas du dos au sol. Les respirations sont allongées : longue inspire et longue expire mais attention l’inspire n’est jamais plus longue que l’expire. On privilégie les postures en statique avec du chant, le but étant de détendre les 5 vayus (5 zones du corps), il ne faut surtout pas augmenter la fréquence cardiaque.

Voici un exemple de pratique avec des postures en statique :

Parfois certaines personnes ont à la fois les symptômes de l’hypothyroïdie et de l’hyperthyroïdie. Il faut donc proposer une pratique au cas par cas.

Je rappelle qu’en aucun cas la séance de yogathérapie se substitue à la consultation médicale chez le médecin. C’est un accompagnement complémentaire et comme chaque personne est unique chaque pratique sera unique.

Je vous accueille à mon studio pour une consultation yogathérapie, me contacter ici. Tarif de la consultation (1h30 à 2h pour un premier bilan complet : 60 euros)

Accéder au planning des cours en semaine

Pour être informé sur les ateliers yoga, les événements yoga proposés, l’article mensuel yogathérapie, les recettes de cuisine, etc.… je vous propose de vous abonner à la Newsletter mensuelle

Pour recevoir les audios Yoga Nidra, les méditations et les vidéos Yogathérapie Abonnez-vous à ma chaîne Youtube

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *