LA YOGATHERAPIE POUR LE DIABETE

C’est quoi le diabète ? Quels sont les symptômes ?

Il s’agit d’un dérèglement du métabolisme, l’assimilation des nutriments (glucides, graisses, protéines) est affectée. Le dysfonctionnement se situe au niveau de l’insuline, hormone produite par le pancréas.

La fonction de l’insuline est de conduire le sucre vers toutes les cellules du corps. L’assimilation du glucide est le métabolisme premier à la suite duquel tous les autres métabolismes se produisent (graisses et protéines).

Si l’insuline ne remplit pas bien son rôle (déficiente ou en quantité insuffisante), les cellules ne seront pas bien fournies en glucides.

Ainsi tout le corps en sera affecté : baisse d’énergie, la production des tissus, perte de poids, apparition de nombreuses maladies suite à ce dérèglement. Au départ les personnes maigrissent et ensuite avec l’accumulation des déchets non métabolisés (assimilés par le corps), les personnes grossissent.

Comme le glucide n’est pas bien réceptionné par les cellules, il se retrouve en quantité trop importante dans le corps, le taux de sucre dans le sang est alors trop élevé.

Normalement les reins éliminent le taux de sucre trop important dans le sang, donc pour une personne non diabétique, il n’y a pas de sucre dans les urines. C’est un processus d’électrolyse et quand cela arrive au niveau des reins, c’est éliminé. Mais pour les personnes diabétiques, il y a trop de sucre à circuler dans le corps et on va le retrouver dans les urines. De ce fait, les diabétiques éliminent à la fois beaucoup de sucre et en même temps beaucoup d’eau, elles urinent très fréquemment (eau + sucre), c’est la polyurie. Elles ont donc souvent soif et boivent beaucoup. Parce que le glucide est le nutriment de l’énergie, les personnes doivent compenser en mangeant beaucoup, elles ont des envies très fortes de nourriture (polyphagie).

  • 3 comportements : elles grossissent, boivent et mangent beaucoup.
  • Taux de sucre élevé dans les urines et le sang

Les taux approximatifs :

Taux normaux du sucre dans notre corps : 0 dans les urines, dans le sang entre 0.8 et 1,26 g/l à jeun le matin. Selon les critères de l’OMS (Organisation mondiale de la santé), il y a diabète quand la glycémie à jeun est supérieure ou égale à au moins deux reprises à 1,26 g/l.

Quels sont les effets et les complications du diabète sur notre corps?

Comme l’hypertension, c’est un état considéré comme une pathologie silencieuse. Il y a de très bons médicaments qui vont ramener le taux de sucre dans le sang à un niveau normal mais quand le diabète est combiné avec d’autres facteurs aggravants, alors il peut y avoir de sérieuses complications, les facteurs aggravants sont les mêmes que pour l’hypertension : obésité, sédentarité, stress, alcool, cigarette, hérédité, taux de cholestérol, hypertension. La combinaison de l’hypertension et du diabète n’est pas bonne.

Les complications

Elles vont arriver sous la forme d’athéromes qui vont se former dans les artères de taille moyenne que l’on trouve dans les yeux, le cœur, les reins et les membres inférieurs.

L’hypertension et le diabète vont avoir les mêmes complications mais par exemple la transplantation de reins ou la rétinopathie (malade de la rétine) sont plus fréquentes chez les diabétiques. Le diabète produit des complications plus graves car cela affecte le métabolisme cellulaire. Chaque cellule du corps ne remplit pas son rôle métabolique correctement donc la vitalité cellulaire est faible.

Exemple : Si quelqu’un a un problème de genou et fait du diabète, alors cela sera plus difficile de guérir car le processus métabolique cellulaire du genou n’est pas bon. Donc chaque problème du corps est aggravé par le diabète. Cela va affecter la formation de tous les dhatus (tissus du corps) parce qu’ils se forment à partir des cellules.

S’il y a une maladie qui affecte tout le système du corps c’est bien le diabète donc il agira sur le système immunitaire, le système hormonal, le système sanguin…

L’amputation est une complication du diabète, avec une pratique correcte et régulière de yogathérapie on peut l’éviter. Il y a un problème de prana (circulation d’énergie dans la zone affectée) et en amputant, on crée un problème plus important qui n’est pas sans conséquences. La blessure chirurgicale est plus importante que ce problème de circulation de prana. Exemple : on ampute un orteil puis cela ne guérit pas et on amputera encore un peu plus …

Les reins : la greffe des reins entraîne aussi des complications.

On peut vraiment éviter toutes ces complications qui vont jusqu’à l’amputation ou la greffe si on pratique régulièrement la yogathérapie. Bien sûr les personnes continuent à prendre leurs médicaments mais doivent faire en parallèle de l’exercice et adopter de nouveaux fonctionnements de vie (alimentation, style de vie, yoga, activité physique…).

LA YOGATHERAPIE POUR LES DIABETIQUES

Donner une pratique active pour stimuler le métabolisme.

La médecine allopathique se concentre principalement à réduire le taux de sucre dans le sang avec une bonne combinaison de médicament. Mais cela ne va pas assurer une protection contre des complications futures. Même si le taux est inférieur à 1,26 g/l, les personnes peuvent quand même avoir des complications dans le futur et c’est pour cela qu’elles doivent faire des formes d’exercice régulièrement. Elles doivent maintenir le poids du corps dans une moyenne correcte. Il ne faut pas prendre le taux de sucre dans le sang comme seul objectif.

1) Dans cette maladie, Ahara (la nourriture), c’est le plus important. Les diabétiques doivent faire très attention à leur alimentation : la nourriture riche en glucide et la nourriture frit doit être évitée puisque le métabolisme n’arrive pas à l’assimiler. Digestion, assimilation et distribution des nutriments sont les mécanismes du métabolisme qui se font l’une après l’autre et si l’une ne se fait pas bien, la suivante sera affectée aussi.

2) Vihara  (style de vie, les activités) : il faut une activité physique régulière (marche, natation, tennis, yoga, etc). Marcher idéalement 30 à 40 minutes tous les jours, puis faire une pratique yogathérapie après la marche.

Bien sûr, il faut prendre les médicaments prescrits. Petit à petit, le but serait de diminuer les médicaments et ne s’en tenir qu’à Ahara et Vihara (c’est le médecin qui décide en fonction des résultats obtenus).

Le métabolisme est fait par les 5 vayus (apana, samana, prana, udana et vyana).

A) Apana : si une personne a du diabète depuis 6 ans, son métabolisme est déficient depuis 6 ans et il y aura une accumulation de déchets dans le corps. Si l’on veut raviver le feu, il faut d’abord se débarrasser de toutes les cendres dans la cheminée donc agir d’abord sur apana pour éliminer les déchets. Voici quelques postures :

Positions assises en chantant les bija mantras – 2 fois :

Enchaînement à faire 3 fois de chaque jambe :

La table à deux pieds modifiée avec les pieds sur un support (tabouret, caisson…), à faire 3 fois de chaque jambe :

B) Samana : le diabète est un déséquilibre du métabolisme qui est relié à Samana => donner beaucoup de torsions, quelques exemples :

C) Prana : certaines personnes peuvent être fatiguées et affaiblies, dans ce cas-là on agira d’abord sur Prana avant Samana pour leur redonner de l’énergie. Les pratiques qui augmentent l’énergie sont notamment les pratiques d’ouverture de la poitrine avec des rétentions poumons pleins. Exemples :

D) Vyana : Une autre complication est la neuropathie périphérique (insensibilité des extrémités), les personnes ont comme des fourmis, des aiguilles dans les extrémités (pieds et doigts). Quand elles marchent, elles ne sentent pas le sol, elles marchent comme sur des nuages. C’est parce que le métabolisme des cellules nerveuses est réduit. C’est dû à un problème de vyana donc on proposera des postures en dynamique sous forme d’enchaînement.

On peut par exemple faire la salutation au soleil (Surya Namaskar) :

E) Renforcer et Equilibrer tous les vayus ensuite : si on améliore les 5 vayus alors le métabolisme cellulaire de toutes les régions du corps est amélioré. Exemple d’une pratique :

L’hypoglycémie (taux de sucre < 0,45 g/l dans le sang) et l’hyperglycémie (taux sucre > 1,26 g/l dans le sang) : elles varient sans cesse chez les diabétiques. Le taux descend et remonte. On ne pratique jamais la yogathérapie à jeun car la pratique a tendance à faire baisser le taux de sucre dans le sang. Par précaution, le diabétique doit toujours avoir un peu de sucre sur lui s’il se sent trop faible. Il vérifiera son taux de glycémie après la pratique pour ajuster sa pratique si besoin. L’hypoglycémie peut amener au coma donc elle est à surveiller.

Les piqures d’insulines sont données quand les médicaments ne sont pas suffisants. Le corps produit une quantité d’insuline mais à cause des injections, les organes vont limiter la sécrétion d’insuline car chaque action du corps est basée sur un besoin et si on ne sollicite plus le besoin avec les injections, le corps ne va plus en produire. Il devient fainéant et souvent les doses doivent augmenter car le corps ne veut plus du tout en produire. Il faudra stimuler Samana vayu en complément de la marche.

Lorsque la personne est sous injection d’insuline, la yogathérapie sera de donner des pratiques de plus en plus actives pour stimuler le corps. On doit améliorer nos capacités internes pour que les aides extérieures soient diminuées.

Le diabète chez l’enfant : la yogathérapie propose de bonnes pratiques adaptées aux enfants (me consulter).

Si vous souffrez du diabète n’hésitez pas à me contacter ou si vous connaissez une personne atteinte, n’hésitez pas à lui transmettre cet article. Je suis à votre disposition pour répondre à vos questions et remarques. (Vous pouvez faire des commentaires ci-dessous)

Je vous accueille à mon studio pour une consultation yogathérapie, me contacter ici. Tarif de la consultation (1h30 à 2h pour un premier bilan complet : 50 euros)

Planning des cours en semaine

Pour être informé sur les ateliers yoga, les événements yoga proposés, l’article mensuel yogathérapie, les recettes de cuisine, etc… je vous propose de vous abonner à ma newsletter mensuelle.

Abonnez-vous à ma chaîne Youtube pour recevoir les audios Yoga Nidra, les méditations et les vidéos Yogathérapie : c’est ici!

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *