ULCERE A L’ESTOMAC

Pathologie : l’équilibre acide chloridrique/mucin est rompu et la paroi de l’estomac est attaquée, les muqueuses sont abîmées. Normalement un ulcère perfore rarement la paroi de l’estomac mais cela peut arriver de façon exceptionnelle et dans ce cas il faut aller aux urgences tout de suite car c’est dangereux.

Cette maladie peut se présenter sous forme aiguë ou chronique, avec des épisodes de récidives et de rémissions.

L’ulcère à l’estomac prend beaucoup de temps à se guérir, parfois des années. Même si on ressent que la pathologie va mieux, elle est toujours présente et cela peut revenir.

Les symptômes de la maladie : de grosses douleurs au moment des repas, des remontées acides. Les douleurs sont liées à l’ingestion de nourriture juste après manger. Si c’est un ulcère duodénal, les douleurs surviendront environ 2 heures après le repas. En général, on donne des médicaments pour neutraliser l’acidité.

Les facteurs aggravants :

  • L’alimentation trop épicée
  • L’alimentation trop grasse
  • Aspirine et autres anti-inflammatoires
  • Préparations à base de fer
  • L’alcool et la cigarette
  • Le manque de sommeil car cela augmente la sécrétion acide
  • La cause universelle est l’augmentation du stress car cela augmente aussi l’acidité

Les solutions proposées par la Yogathérapie :

Régime alimentaire : Ahara niyama

Le plus important c’est l’alimentation ! Il faut privilégier les aliments neutres pour rétablir un PH neutre comme il y a trop d’acidité. Eviter les épices, l’alcool, la cigarette. La nourriture doit être douce, sans huile et sans épices. Il ne faut pas trop de gras sinon il reste dans l’estomac et irrite l’ulcère. La prise de médicaments doit être validée avec le médecin, sous contrôle médical. En Inde, on recommande de boire le petit lait (je vous prépare la recette un peu plus tard).

Gestion du style de vie : Vihara niyama

Les patients doivent modérer leur style de vie dans toutes les activités. Travailler à des heures tardives et se coucher tard dans la nuit augmente la sécrétion d’acide et devrait par conséquent être évité.

En association avec un régime alimentaire approprié et des modifications du style de vie, le yoga peut aussi être introduit en tant qu’outil thérapeutique.

Les postures de Yoga à privilégier seront celles avec de longues inspir et rétention poumons pleins (AK : Anta Kumbhaka) : il faut utiliser des techniques qui agissent spécifiquement sur le diaphragme, quand elles sont pratiquées en y associant une concentration sur l’inspiration et une rétention poumons pleins (Anta Kumbhaka), il se produit un resserrement du hiatus oesophagien (l’ouverture par laquelle l’œsophage pénètre dans la cavité abdominale et devient l’estomac).

Dans presque tous les troubles liés à l’acide peptique, il se produit un élément de reflux du contenu de l’estomac vers l’œsophage. Ce reflux aggrave les symptômes des ulcères gastro-duodénaux. Par conséquent, si le hiatus/sphincter (orifice du diaphragme par lequel l’œsophage passe du thorax dans l’abdomen) est tonifié, il ne permet pas au reflux de se produire, apportant ainsi un soulagement du symptôme.

Voici quelques techniques qui peuvent être utilisées :

D’autres techniques peuvent être utilisées telles que : mouvement de bras en position assise, torsions axiales en position assise, et méditation sur des objets comme la lune, l’eau, etc, qui ont un effet rafraîchissant.

Les pranayama à pratiquer sont Candra Bhedana pranayama (inspir narine gauche, expir narine droite), Sitali ou Sitkari : inspiration par la bouche avec la langue roulée, effet rafraîchissant aussi.

Les postures à éviter seront :

Il faut éviter toute technique de yoga augmentant la pression abdominale. Une pression dans l’abdomen va accroître les symptômes, augmenter la douleur et retarder le processus de cicatrisation.

  • Celles où il y a des compressions contre l’estomac (surtout allongé, supta)
  • Les postures inversées (viparita)
  • Les postures de flexion avant (pascima)
  • Les postures allongées sur le ventre (purva)
  • Les pranayama Kapalabhati et bhastrika comme il y a une stimulation importante au niveau des organes digestifs. Nauli (brassage des organes digestifs) est aussi à éviter.
  • Postures couchées sur le dos : chez certains patients en phase aigüe, et en particulier quand le reflux est prédominant, s’allonger sur le sol accroît les symptômes. Dans ce cas, il faut éviter les techniques qui sont pratiquées en position couchée.

En conclusion : la pathologie essentielle étant une érosion et/ou un ulcère de la paroi interne de l’estomac et/ou de l’intestin grêle, le processus de cicatrisation s’en trouve entravé par la sécrétion d’acide et le mouvement péristaltique qui se produisent en continu. En conséquence, cela prend de 3 à 4 mois pour arriver à une cicatrisation complète. Jusqu’à ce que celle-ci soit effective, les patients vont devoir respecter strictement des recommandations déjà énoncées en ce qui concerne leur alimentation et leur style de vie et pratiquer régulièrement les techniques de yoga indiquées.

Pour toute question, contactez moi.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *